Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chroniqueshumaines

chroniqueshumaines

Journal d'un mammifère en colère!


LE GENOCIDE FROID

Publié par Hâche humaine sur 12 Mars 2015, 18:23pm

Faites entrer l’accusé : comment une poignée d’hommes et de femmes assèchent le monde de tout ce qui le rendait beau. Non seulement les comportements outrageants de certains magnats de la finance détruisent les richesses de l’humanité, mais elle privera des générations entières d’une terre prospère. Ces gens ne se font plus la guerre comme autrefois, il ne s’agit plus de posséder des terres mais de remplir son compte en banque. Cela est moins direct mais non moins destructeur. Comment cette course folle à la richesse a telle pu de perpétuer jusqu’à produire des hommes plus puissant que des états ? Même Louis XIV était soumis à sa condition, comment les banques peuvent-elles à ce point voler l’argent public sans qu’aucune administration n’ait pu enrayer cette hémorragie ? Une nouvelle noblesse de robe sans roi mais surtout sans fois ni loi. Le narcissisme développé à son paroxysme, les dents ont traversé le parquet. La planète brûle, les hommes et les femmes tombent, les enfants saignent. Hitler a mis le monde à feu et à sang, ils vont faire pire. Le tout sans la moindre idéologie, simplement par ambition. La puissance est si grisante, l’overdose qu’elle provoque c’est à nous de la subir.

Là où Alexandre le grand et Napoléon brandissaient l’épée, ils brandissent leurs capitaux et abattent toujours plus d’arbres, absorbent toujours plus de minerais.

Comment arrêter le massacre ?

Je n’ai pas de solution miracle, certains économistes très qualifiés ont une meilleure vision de la chose. Personnellement je pense que pour contrer un phénomène nuisible il faut en comprendre l’essence. Imaginons la bourse comme un plateau d’échec sur lequel les financiers vont jouer avec leurs armes, nombreuses et destructrices: des groupes internationaux, (Total, Apple, Vinci), et des banques à leurs bottes, bien sûr puisque concurrence oblige, de tels clients valent chers ! Ils utilisent aussi un certain nombre d’outils leur permettant de faire gonfler les capitaux quasiment comme bon leur semble.

Par exemple nous pourrions parler des stock-options. Les termes généralement employés pour définir de quoi il s’agit sont volontairement complexes et techniques afin que personne ou presque n’y comprenne rien ; pourtant il n’y a rien de compliqué, je l’ai compris et si j’étais un génie de la finance cela se verrait un peu plus sur mon compte en banque ! Cela permet aux employés de grosses entreprises d’acheter des actions : à l’avance et à un prix fixé ; c’est un outil idéal pour accroître son capital mais c’est aussi un élément destructeur de l’équilibre économique mondial.

Les stocks-options incitent à faire gonfler le court de l’action de l’entreprise pour acheter moins cher que le court du marché et ainsi réaliser un profit plus conséquent ; et bien sûr, les élites des entreprises bénéficient de ce système. En fait tout ce petit monde profite tranquillement d’un délit d’initié sous couvert de méthodes destinées à booster l’entreprise alors qu’il ne s’agit bien là que d’une magouille gigantesque pour toujours plus de profits. Évidemment, plus l’actionnaire est gros, plus il profite de ce système. Cela fausse le jeu.

Autre outil : les robots, rien que ça ! Grâce à des logiciels ultrasophistiqués auxquels nous ne comprendrons jamais rien, les traders laissent la technologie faire gonfler les capitaux. Comme si vous étiez accompagnés au travail par un robot qui ferait votre boulot à votre place et presque systématiquement mieux que vous ! Sauf que cela annihile le principe de la bourse, pour ainsi dire, c’est de la triche ! Certaines mesures semblent être prises pour enrayer ces problèmes mais devant les lenteurs des avancés, je pense que les intentions réelles ne vont pas dans ce sens.

Il existe encore tout un tas d’outils permettant à ces requins de s’enrichir toujours plus, il n’est pas nécessaire de tout énumérer, ce n’est pas un article sur l’économie en soi, c’est avant tout une fenêtre sur ce qui pour moi, pourri la vie de la majeure partie des êtres humains vivant sur cette planète et tout cela du fait du comportement toujours plus démesuré de certains. Les lois permettant cela sont les héritières de multiples corruptions opérées pour beaucoup pendant et après les grands conflits.

Je ne vais pas développer, cela transformerait cet article en roman mais observer l’histoire de la finance des États et la comparer à leurs actions coloniales et militaires est passionnant. Quelque soit le conflit, il s’agit presque toujours de renflouer les caisses, en s’appropriant des richesses, la terre étant alors de la plus grande valeur. Aujourd’hui la puissance c’est le dollar.

La proposition Merkel-Sarkozy de taxer les transactions à hauteur de 0,01% ressemble à une provocation au vu des bénéfices engendrés. Ces gens devraient pourtant comprendre une chose essentielle, nous rendre plus riches ne les rendra pas pour autant plus pauvres, bien au contraire ! Plus nous serons prospères et plus ils engendreront de bénéfice. Ils pourraient posséder une fortune dix fois supérieure à leurs possessions actuelles si nous étions simplement tous, au-dessus du seuil de pauvreté. Le plein-emploi rendrait leurs faillites impossibles. Le comportement qu’ils adoptent et le fruit d’idées reçues et d’un raisonnement stupide. Leurs méthodes pour gagner de l’argent sont rapides, efficaces mais dangereuses pour eux-mêmes et surtout limitées dans le temps alors à quoi bon ? Il n’est pas la peine de se lancer dans l’armement, la drogue ou de magouiller dans les laboratoires ; des investissements justes et entraînant la masse populaire dans les mises en œuvre rendraient la population suffisamment moyenne pour ses ambitions et ces multimilliardaires ne seraient plus visés comme responsables. Ils seraient aimés! Non seulement ils seraient encore plus riches, énormément plus riches qu’aujourd’hui mais en plus il y aurait des milliers d’écoles à leurs noms, peut-être même des villes. Ils seraient adulés, aimés, encore faut-il qu’il se donne la peine d’arrêter de prendre leurs subordonnés pour des pions. S’ils nous transformaient en tour ou en cavalier ils deviendraient invincibles !

Certains heureusement montre l’exemple mais cela reste trop limité. Les milliardaires et les grands groupes mondiaux ont les moyens de résoudre les problèmes énergétiques, climatiques et financiers mais seulement il faut se donner la peine et la raison d’investir bien plus intelligemment. Penser à créer plus d’écoles, des hôpitaux rentables, des centres de recherche. Contrôler les abus, entraîner les « citoyens lambda » dans la course en leurs facilitant au passage, l’accession un train de vie plus digne, un niveau social enfin acceptable. Repenser la culture et l’emploi, investir au profit de tous leur rapportera forcément plus et la gloire qu’il leur sera donné sera plus immense que celle de tous les rois. Mais pour que cela soit possible, il faudrait remplir leurs cœurs d’amour et je ne sais pas comment faire.

Et pendant ce temps, la faim, la guerre, la misère. L’humanité souffre et le massacre continu. Si le monde s’embrase, ils en seront les responsables mais nous serons ceux qui auront laissé faire. Il faut inventer une économie participative et ouverte à tous. Il y aura toujours des riches et des moins riches, mais il est intolérable de voir tant de misère et tant de violence ou un simple virage intellectuel amenant à repenser le système économique pour le rendre mondialement prospère est tout à fait possible mais reste à l’état de projet simplement par manque de courage, de tolérance et surtout d’intelligence humaine.

http://www.capital.fr/enquetes/economie/peut-on-encore-controler-la-finance-mondiale-688960

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents