Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chroniqueshumaines

chroniqueshumaines

Journal d'un mammifère en colère!


Mais qu’est-ce que nous allons bouffer demain ?

Publié par Hâche humaine sur 21 Mars 2015, 22:08pm

Récurrente question qui se pose naturellement aux heures de repas et qui risque de devenir d’ici peu, une question prioritaire à échelle mondiale. La faute aux ressources…peut-être mais pas que ! La surconsommation et le gaspillage généralisés des populations les plus privilégiées sont aussi la source de problèmes majeurs. Le comportement alimentaire de certains dont moi d’ailleurs, a ouvert la porte aux pratiques les plus barbares et les plus destructrices pour l’environnement. Nous nous gavons de produits coûtant toujours moins cher à la production mais faisant de nous de véritables déchetteries !

Monsanto fait la pluie et le beau temps, José Bové est porté au ridicule. Pendant ce temps les marques s’empiffrent en nous vendant des graisses saturées et des « E tout et n’importe quoi ». LU, fleuron de la France qui ne vend pas un biscuit où l’on ne trouve pas de l’huile de palme, destructrice de l’écosystème. Charal qui achète des animaux peu chers mais en sale état pour nous vendre de la soi-disant qualité sous plastique ou encore tous ces fruits et légumes sortis d’on ne sait où et dont le goût inspire le doute…Vive St Michel !!!

Bien sûr la démographie augmente et il s’agirait de se tourner vers les insectes, solution-miracle…Ça va pas la tête ? Moi je veux des pattes ! La cuisine moléculaire évoque la possibilité de manger de la viande qui ne serait pas tirée de la cuisse d’un animal, là je dis…pourquoi pas.

Entre obésité générale et Mac Do à tous les coins de rues je me demande où nous allons. Je comprends que le supermarché soit un outil pratique pour des familles dont le temps libre est limité mais il s’agirait tout de même de faire un effort. Quel plaisir d’aller au marché pour acheter son poisson et ses tomates fraîches…Quel plaisir d’aller chez le commerçant du coin chercher un peu de chaleur humaine dans la corvée d’approvisionnement. Nous avons le talent et les moyens de changer les choses encore faut-il s’en donner la peine. Revenons à des choses simples et à de la proximité. La centralisation joue clairement en notre défaveur mais tant que nous en serons à ce point complice, comment s’en plaindre ?

La faim est le pire fardeau de l’humanité. À l’aube des temps spatiaux, il est inadmissible que des enfants meurent encore de faim.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents