Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chroniqueshumaines

chroniqueshumaines

Journal d'un mammifère en colère!


L'INVENTION DU BIEN ET DU MAL

Publié par Hâche humaine sur 26 Mars 2016, 22:07pm

Voici une notion bien complexe qui abreuve les débats depuis l'aube des temps. Entre interprétation manichéenne et utopie athéiste prononcée, il est impossible de mettre tout le monde d'accord! Et pour cause, nous avons toujours tendance à vouloir codifier, pour cela nous simplifions à outrance des concepts qui ne peuvent pas l'être. Les notions de bien et de mal sont bel et bien un concept.

Il faut apprendre à donner de l'épaisseur aux choses. 

Ce concept de bien et mal n'a jamais été figé dans le temps. Il est la conséquence du besoin de partager un même espace entre plusieurs individus. Si je suis ici alors tu ne peux y être. Chacun a ses propres limites et définit ses mœurs en fonction de lui-même de sa culture et de son éducation. Tout est relatif à l'individu, cela est valable pour tout. Chaque peuple, chaque être humain développe sa propre morale. Les peuples d'Amérique du sud sacrifiaient des humains, tout comme d'autres. Les catholiques brûlaient les hérétiques, les Romains aimaient les orgies, dans la Macédoine antique ne pas avoir de relation homosexuel était mal vu...et de nos jours les fadas du djihad se font sauter dans les gares et tous, je dis bien tous jugent ou jugeaient cela bien! Chacun d'entre nous a sa propre vision de la chose et pire encore, elle se modifie à chaque instant. C'est un concept instable qui évolue en fonction de tout un tas de paramètres confus, parfois obscurs. Qui d'entre nous n'a jamais dit: "c'est une question de principe!"

C'est justement là-dessus que tout repose, le principe. Nous décidons d'un commun accord, autrement dit: par principe, de ce qu'il sera bon de faire ou non au sein de nos familles, de nos entreprises, de nos sociétés et ce ne seront pas forcément les mêmes lois pour tout le monde. On ne dort pas au travail or au domicile il est conseillé de dormir au moins huit heures. La frontière du bien et du mal se déplace, elle n'est plus la même fonction d'où et avec qui vous vous trouvez.

L'univers, conscient ou pas est mécanique, les choses sont et se font. La question n'est pas de savoir quand un lion avale une gazelle si cela est bien ou pas, à l'échelle de l'univers c'est ainsi et c'est tout!

Une fois ceci dit, le problème qui se pose à nous devient plus clair: Quelle limite donner à chacun en fonction de tous? Chacun pensant différemment des autres cela rend les choses très compliquées. Tellement compliqué ne cela n'a jamais été et ne sera probablement jamais universel. C'est pour cela qu'il existe aujourd'hui des communautés de nations, des nations divisées en de multiples catégories: religieuses, sociales, géographiques... Le mélange archaïque et démesuré de peuples aux aspirations différentes donne aujourd'hui lieu à de nombreux phénomènes conflictuels et la France "accueillante" n'est pas épargnée loin s'en faut.

La tolérance c'est accepter qu'il puisse exister d'autres façons de penser, d'autres mœurs qui pour autant ne sont pas meilleures ou pires que les nôtres. Il n'y a pas une bonne façon d'être, plusieurs résultats peuvent être justes en même temps jusqu'à ce que quelqu'un ou quelque chose décide de fixer la limite. Souvent par le biais d'une loi.

L'intelligence c'est de comprendre que toutes ces façons d'être ne sont pas compatibles. Il y a des homosexuels qui veulent se marier et d'autres qui veulent pratiquer la charia. Bien, que tout le monde vive mais il est clair que tout le monde ne peut pas vivre au même endroit! Le monde est vaste et il y a de la place pour tout le monde. Ici en France il y a des valeurs et des traditions qui ne sont clairement pas en accord avec certaines idéologies. Pour autant ces idéologies ne me dérangent pas dans la mesure où elle n'empiète pas sur mon mode de vie athée et libertaire.

Tout est une histoire de compromis. Le problème dans notre fausse démocratie c'est que ces compromis ne prennent pas en compte nos avis mais seulement ceux de la "bien-pensante élite". Quelle France voulons-nous pour demain? A-t-on le droit de mettre une fessée? De manger du cochon à l'école? Une chose est sûre c'est que l'idée d'un monde uni où tous s'accorderaient sur des valeurs communes est utopique. Tant que les hommes seront hommes il y aura des divergences et des communautés. Les problèmes géopolitiques n'ont pas fini d'exister et les désaccords entre les hommes n'ont pas fini de les pousser à se battre.

La seule issue possible est d'apprendre aux enfants à s'accepter les uns les autres et aux élites de comprendre que les nations sont des espaces où chacun peut vivre, à peu près, selon son désir.

Le bien et le mal sont des constructions de l'esprit, aux esprits de construire les espaces dans lesquels celles-ci peuvent s'exprimer.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents