Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chroniqueshumaines

chroniqueshumaines

Journal d'un mammifère en colère!


 L'HUMANISME DANS UNE TÊTE DE BISOUNOURS

Publié par Hâche humaine sur 15 Avril 2016, 17:00pm

L’humanisme. Qui ne dirait pas de lui-même qu’il est humaniste ? Bien sûr nous nous imaginons en gardien de la charité ; mais nous limitons notre générosité en fonction de la vision que nous avons des autres et de notre peur viscérale du manque. C’est quoi un humaniste ? Étymologiquement c’est censé être quelqu’un de proche des êtres humains mais concrètement comment cela s’applique-t-il dans notre réalité ? Suffit-il de voter à gauche pour être humaniste ? Combien de S.D.F. croisons-nous en faisant semblant de ne rien voir ? La misère nous fait tort et nous préférons l’ignorer. C’est humain. Nous admirons tous ceux qui donnent leur vie pour les autres tout en sachant que nous n’aurons jamais la grandeur d’âme de les imiter. Je reçois souvent des leçons de la part de lecteurs ou de contradicteurs qui comprennent mes propos de travers ou ont une vision du monde radicalement opposée à la mienne. C’est à la deuxième option que je me rappelle que les choses sont bien plus compliquées qu’il n’y paraît.

Un gauchiste qui se respecte croit en toute bonne fois que tous ceux qui n’adhèrent pas à sa pensée sont stupides, nuisibles et appelés à disparaître ou à se taire au minimum. Pourtant je ne suis pas de droite non, je n’ai pas de représentation dans tout ce bordel ; je suis pour un changement radical de la constitution (je reviendrais un de ces quatre sur le sujet), et il serait temps que « les bisounours » comprennent qu’il n'y a pas deux camps avec les bons et les mauvais. Il faut compter avec plusieurs points de vue. Des centaines de cultures, de langues, d’idéologies, de croyances. Les hommes se ressemblent tous mais diffèrent aussi part bien des points. Bien sûr que je rêve d’un monde de paix où tout le monde tolérerait tout le monde et où on se ferait des câlins et des bisous, mais ce monde n’est pas le nôtre. Dans notre monde les hommes sont égoïstes, violents. Notre monde regorge d’actes barbares et de guerres. Il n’y a qu’un Empire pour marcher sur un Empire ou bien il s’effondrera sur lui-même comme une étoile qui se meurt. Ne restera que son écho. Ce n’est pas être antihumaniste que d’être réaliste. Toutes les cultures ont le droit d’exister mais elles ne peuvent toutes cohabiter c’est un fait. L’Empire romain devenu trop immense a séparé Rome et Byzance en deux Empires. J’ai déjà dit cela mais il existe des dizaines de pays musulmans plus ou moins respectueux de la charia, il n’existe a contrario qu’une seule France. Ce n’est pas être raciste que de vouloir protéger son identité. Je veux bien aider mais je ne veux pas tendre l’autre joue.

Il est facile de taxer un homme d’antisémitisme ou de racisme, en diabolisant son discours et déformant sa pensée au gré de sa bêtise et de son intolérance. L’humanisme oui mais encore faut-il se retrouver en face d’un interlocuteur honnête car sinon cela devient de la naïveté. Ouvert d’esprit oui, mais soumis à d’autres mœurs, d’autres valeurs non, non et non ! Je suis français et citoyen du monde. Que chacun jouisse de son espace comme bon lui conviendra. Je veux vivre à la Française, être charitable et protéger mon monde de ceux qui le tirent vers le bas et s’attaquent à son identité... Je suis pour le respect de la souveraineté des États car il n’existe pas qu’une façon bonne de penser. La conscience et la pensée humaine sont des objets quantiques, plusieurs résultats peuvent être justes en même temps, il suffit pour cela de laisser à chacun l’espace nécessaire pour vivre comme bon lui semble. La France est un pays laïc où la religion doit être discrète.

Et moi je fais quoi ? Ce que je peux, mais je garde la tête haute et j’écris même si je ne place plus beaucoup d’espoir en mes semblables bipèdes délurés. Et moi quel espoir… Je ne sais pas, je défends mon steak et j’écris en pleurant la misère, en vomissant la bêtise humaine…en espérant que demain ça ira mieux. Hey les bisounours, je suis désolé mais ouvrez les yeux : le monde va mal et à trop vouloir tolérer nous assassinons notre propre point de vue. Aidons-nous avant tout parce que pour pouvoir aider les autres il faut commencer par aller bien soi-même. La France est en souffrance et nous devons être un levier de soutien pour elle. Bien que ce soit la finance qui dirige, les institutions parlementaires restent un espoir et un rempart contre le totalitarisme absolu, à condition de ne pas y voir s’incruster les lobbys religieux en plus des grandes entreprises. Ce serait la fin de nos rêves de liberté. J’ai bien peur que le mal soit déjà fait. 

Être humaniste oui mais tout ne peut pas être sacrifié. Nous avons le droit de défendre notre culture et nous avons le devoir d’aider nos concitoyens dans la détresse mais nous ne serons efficaces seulement lorsque l’État permettra à la population de se donner les moyens de vivre d’elle-même et plus décemment. Des millions de français étouffent financièrement subissant les assauts des huissiers et craignant les saisies inopinées et ils nous feraient culpabiliser de ne pas avoir donné au téléthon. Que donnent-ils eux ? Des impôts ? En somme une partie infime d’un argent acquit grâce à un système boursier malhonnête et qui n’enrichit qu'une minorité de personnes ? J’ai le droit de rire où… ?! Je suis payé 100 euros pour construire mur, je t’embauche pour que tu m’aides et on en fabrique une moitié chacun. À l’arrivée je te file 10 euros et je garde le reste…c’est à peu près l’écart entre un ouvrier et un grand patron, souvent c’est même pire. Ça c’est la réalité de ce système mafieux. Bref, sur tes 10 euros tu payes 1 euro d’impôt et je te dis regarde : moi je vais payer 9 euros d’impôts ! (déduction faite des différentes niches fiscales.) Et là je te dis : « tu vois c’est honnête ! » Ah bon… Oui il faut de la générosité mais pas au point de se retrouver soi-même sans pain. Il faut se donner la force de relever les autres. Il faut nous protéger de nos ennemis. Il faut faire vivre notre culture. Obtenir des droits a coûté des vies. Nos aïeux ont souffert, ils ont été courageux pour la plupart et se sont battus vaillamment. Ayons au moins la force de préserver cette muraille sociale qui nous protégeait de la misère et qui se privatise dangereusement.

"Je me sens humaniste et je ne suis ni de gauche ni de droite, je suis de ceux qui veulent avancer tout droit." C.H.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents