Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chroniqueshumaines

chroniqueshumaines

Journal d'un mammifère en colère!


PEUT-ON ÊTRE PUNK ET CHAUVE À LA FOIS ?

Publié par Hâche humaine sur 27 Avril 2016, 10:44am

En ce jour des enfants, je prends mon seau, mon râteau et je m'en vais gratter le sable pour voir s'il ne s'y cacherait pas un trésor... Mais j'y pense, où est passée ma crête? Ah oui c'est vrai j'ai des cheveux intelligents: ils ne restent pas sur une tête de con! Jeunesse perdue, fondue, égarées. Au loin mes idéaux de petit je sais tout désaxé; me voici aujourd'hui homme conduit par les responsabilités paternalistes et englué dans la bouillasse républicaine qui nous accable. J'ai plutôt mal démarré dans la vie, je ne développerais pas, ce blog n'est pas une biographie mais ce qui est sûr c'est que le punk des champs idéaliste et rêveur qui faisait de mes compagnons terriens des anges en puissance et de mon beau pays une terre de liberté me semble sinon décédé, du moins profondément endormi.

Que s'est-il passé et que suis-je devenu?

La vie de tous les jours, les coups, les drames et cette politique qui n'en finissent plus de décevoir; les illusions se sont perdues dans les méandres d'une société qui boite. Oh oui j'ai rêvé de révolution au pays de Danton jusqu'à ce que la soif de connaissances me conduise entre les lignes d'une vérité désastreuse; je me suis rendu compte du mensonge républicain et j'ai compris que ce sont les bourgeois qui ont assassiné le Roi et que toute cette idéologie n'était que le masque d'une élite suprématiste et démagogue. Mes rêves d'une grande France unie et libertaire se sont enfuis en laissant le dessus de mon crâne sans artifices capillaires. Aujourd'hui, je suis un homme comme les autres. Je me bas pour mon steak et pour mes proches en essayant au mieux de tirer mon épingle du jeu.

Pourquoi je ne peux plus compter sur mes concitoyens?

Simplement parce qu'ils sont divisés! Le blanc tape sur l'Arabe (non Arabe n'est pas un gros mot), l'Arabe tape sur le Juif, le Juif tape sur le Chinois du coin de la rue...nous n'en finissons plus. La haine coule dans les veines du peuple et cela fait bien les affaires de nos dirigeants et surtout des grosses fortunes. Pourtant il nous faudrait bien de la solidarité pour mettre un terme à cette course effrénée des capitaux qui assèchent la base et font mourir de faim et de désespoir ceux dont le travail des mains ne suffit plus à vivre décemment. Je me souviens étant petit malgré la misère ambiante qu'il régnait une certaine joie de vivre dans ce pays. Les gens avaient espoir d'une petite vie avec quelques mômes, un petit tacot et un chien pourquoi pas, le tout dans une petite maison qui viendrait avec le temps. Tout cela est bien loin maintenant pour beaucoup de Français qui chaque matin se lève pour simplement survivre et payer des factures qui atteignent si l'on s'y penche des sommets d'indécence. Chacun y va de sa petite théorie sur ce que devrait être notre société sans jamais prendre le temps de respecter l'avis contraire et encore moins de chercher l’éventualité d'un quelconque compromis.

Marlbrouck s'en va en guerre...puis il est revenu

Une révolte mais contre qui? Les gens manifestent contre le gouvernement mais s'ils doivent se battre, ils le feront entre eux. Si une guerre civile éclatait elle serait non pas une opposition à la finance sauvage véritable responsable des maux du peuple mais bien un combat idéologique pour telle ou telle France et le tout se finirait dans un bain de sang, sans honneur, sans valeur et sans nom. J'ai rangé les armes, elles sont devenues inutiles. De toute façon quand bien même nous nous soulèverions que l'armée nous ferait face et nous n'aurions que l'option de nous faire massacrer. Il est loin le temps des barricades où le peuple armé de fusils se dressait contre des forces de l'ordre armées de fusils. Aujourd'hui les Français combattraient pour la plupart avec des pierres contre flash-ball, grenade, canon à eau et si cela ne suffisait pas il reste encore quelques tanks au parking! Nous n'aurions pas la moindre chance.

Mais pourquoi voudrait-on se soulever?

Mettons fin à une idée reçue: celle qui consiste à croire que tout le monde envie et jalouse ces milliardaires qui vont chercher leur baguette en jet privée. La plupart des gens aiment les choses simples et la vie sans fioritures. Pour ma part et je le dis en toute sincérité, je leur souhaite de s'amuser dans leur monde. Ce monde qui ne sera jamais le mien. Je ne me bas pas pour qu'il n'y ait plus de riche, je me bas pour que la misère rentre au musée une bonne fois pour toutes. Certains me tiennent parfois des propos à vomir, accusant le miséreux de médiocrité humaine...et l'enfant qui meurt de faim? Et l'enfant qui travaille pour fabriquer nos vêtements car oui nous ne sommes pas les plus à plaindre? Sont-ils responsables de leur échec social? Je l'ai déjà dis mais que penser de Van Gogh alors ou de Nikola Tesla ou bien encore de Leibniz? Des gens sans cervelle? Non, tant qu'il y aura de la misère il sera inacceptable que d'autres dépensent des millions et cumulent des milliards. Qu'ils vivent riches et heureux mais qu'ils cessent d'en vouloir toujours plus en déversant dans nos assiettes des nourritures infâmes et en prenant sur notre labeur les richesses qui sont les leurs.

Du rebelle à la rébellion

Je ne changerais pas le monde. Mais je continue de faire comme si mes chers concitoyens luttaient avec moi en boycottant autant que possible les produits issus des multinationales en fonction bien sûr des moyens et du temps restant. Je me rebelle en refusant les excès, en m'écartant de la propagande et surtout en continuant de respecter les autres dans la mesure du raisonnable. Il fut un temps où je me voyais en Apache luttant contre l'oppresseur, aujourd'hui j'essaye de mettre de l'intelligence dans mes actions en appelant encore et toujours à la raison. L'avenir me dira si mes actions seront porteuses d'un fruit mais je n'aurais pas le regret d'avoir attendu sans jamais essayer.

Hier j'étais punk, aujourd'hui je suis chauve mais je reste plus combatif que jamais pour que mes enfants aient l'espoir de vivre dans un monde meilleur.

"la seule révolution possible, c'est d'essayer de s'améliorer soi-même en espérant que les autres fassent la même démarche. Le monde ira mieux alors" Georges Brassens

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents