Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chroniqueshumaines

chroniqueshumaines

Journal d'un mammifère en colère!


La mondialisation, l’héritage du colonialisme

Publié par Hâche humaine sur 16 Juillet 2016, 04:58am

La mondialisation, l’héritage du colonialisme

Voici une idée qui devrait nous faire peur mais qui semble pourtant être acceptée par la bienpensance et qui ravage notre pays. L’idée que le monde puisse être globalement métissé, et que les porteurs de lumière doivent montrer la voie aux sauvages. La mondialisation est l’enfant de l’escroquerie républicaine. Le colonialisme au-delà de sa dimension guerrière et présomptueuse est l’expression de ce que l’homme a de plus inhumain. Pillage, esclavage et autres roublardises sanguinaires, les Européens suivis par leurs descendants Américains ont ruiné des terres, détruits des cultures, asservies les peuples. Ils ont diffusé leur satanée bible et se sont accaparé les richesses. Le colonialisme que défendait ardemment Jules Ferry n’aura jamais été que la conquête sauvage de l’homme fusil aux pays des hommes tribus qui respectaient leurs terres et leurs ancêtres.

La mondialisation c’est la même chose avec l’homme dollar ! Pas plus pas moins, conquérir à tout prix des marchés comme autrefois ce sont les terres qui suscitaient la convoitise. Alliances, attaques surprises, espionnages et coups fourrés tout y est, c’est une guerre stratégique qui accouche régulièrement de véritables conflits armés. La mondialisation telle qu’elle est conçue de nos jours cause des ravages. Les milliardaires ont le pouvoir, mensonge et propagande les libéraux jouent avec la bourse au mépris des libertés et des peuples. L’argent rend fou, le pouvoir encore plus.

Les mondialistes voudraient nous faire croire que le monde peut vivre selon les mêmes valeurs et les mêmes lois mais c’est faux. C’est ignorer toute la complexité de notre espèce et toutes la diversité culturelle qu’elle a peaufiné après des siècles d’histoire et de vies qui se sont succédé.

Le monde est fait de nations, de cultures, de traditions, de rites. Il existe une pensée Orientale et une pensée Occidentale. Il y a des Scandinaves et des Papous, des Cubains et des Japonais. Tous ont des points communs et des différences qui font leur richesse. Il faut respecter les peuples et la souveraineté des nations. Il faut respecter les histoires, les traditions, les courants de pensée et les philosophies qui construisent les modes de vie. Nous ne sommes pas un peuple au-dessus des peuples, notre libéralisme saccage la morale et notre industrie sauvage détruit l’environnement de tous.

L’idéologie mondialiste a des relents d’arrogance et des airs supérieurs qui façonnent des consciences dangereuses. Sous couvert d’ouverture d’esprit elle rejette avec violence toute idée contraire en s’enfermant dans une pensée et un idéal qui a déjà fait les preuves de son utopie et les conséquences catastrophiques qui ont découlé des différentes tentatives de sa mise en œuvre sont malheureusement éloquentes. L’esprit de Charlemagne nous lie mais ne nous a pas scindés en un seul peuple loin de là. Rien n’est plus instable qu’un empire, les hommes se regroupent d’abord en tribus c’est un fait, ensuite ils créent des alliances. Croire que le monde peut-être gouverné par un seul gouvernement et répondre à la même constitution est grotesque et sans avenir.

Je suis pour un monde uni, un monde de paix mais je suis tout aussi conscient du monde vaste et diversifié dans lequel je vis. Je vois toutes les morphologies, les mentalités, les croyances qui peuplent notre planète et je me rends compte que la seule issue non dévastatrice passera par le compromis et par l’acception d’une humanité hétéroclite et qui le sera d’autant plus que son expansion continuera. Il n’y aura pas de grand métissage, cette idée est un non-sens qui va à l’encontre de l’évolution. Chacun est différent et plus il y aura de naissance plus il y aura de différence et plutôt que de se fondre en une seule teinte, la palette de couleurs qui pigmentent la peau humaine ne fera que s’accroître.

Il faut cesser de considérer que nous sommes supérieurs et que nous pensons mieux. Il n’y a pas les bons d’un côté et les méchants de l’autre, il n’y a que des peuples et des individus qui défendent leur vie et leurs intérêts. Nous nous attachons à nos familles, nos amis, nos régions, notre patrie. L’humanité n’a pas d’identité propre c’est une multitude de consciences disposant d’un libre arbitre et reflétant le monde selon eux-mêmes et indépendamment les uns des autres. La mémoire et l’intelligence collective n’existent pas en tant que telles, elles sont le résultat de la coopération d’esprits indépendants. L’indépendance des consciences est la clef de la liberté de penser.

« Sur le balance de la mondialisation, la tête d’un enfant du tiers-monde pèse moins lourd qu’un hamburger. » Fatou Diome

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents