Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chroniqueshumaines

chroniqueshumaines

Journal d'un mammifère en colère!


LES FRERES ENNEMIS

Publié par Hâche humaine sur 19 Juillet 2016, 04:58am

LES FRERES ENNEMIS

Bolloré Bouygues – Bouygues Bolloré, deux purs produits du compagnonnage habitués à se chamailler, ces deux types représentent les neuvièmes et vingt quatrième fortune de France, ils pèsent environ six milliards d’euros à eux deux et sont deux exemples opposés mais révélateurs de la pensée de ces hyper-nobles du capitalisme libéral sauvage qui domine l’Occident.

L’un est l’héritier d’un empire familial sur fond de tradition républicaine avec tous les travers qui vont avec cette pensée. Le groupe Bouygues n’est pas n’importe quelle entreprise en France. Son fondateur franc-maçon a su construire une entreprise cocon avec un important actionnariat salarié se protégeant du même coup des attaques de rachats les grandes multinationales anglo-saxonnes et américaines préférant confier leurs parts à quelques millionnaires «amis » et conforter ainsi leurs pouvoirs. Ce qui est plus gênant dans ce genre d’entreprise c’est le caractère monarchique, limite sectaire de leur politique. Une entreprise à l’ancienne qui divise la société en couches trop tranchées et forge un sentiment de supériorité et d’immunité à ses dirigeants qui n’est pas forcément exagéré d’ailleurs.

L’autre c’est différent. Le nouveau président du groupe Canal qui a mis les chaines au pas les rendant mielleuses et sans saveur est un véritable homme d’affaires pur et dur qui sait tisser les liens et tenir ses troupes d’une main ferme. Avec lui pas d’hypocrisie, tu n’as aucun intérêt pour moi, tu n’es qu’un pion et je ne ferais rien qui puisse te laisser croire que tu as une quelconque importance ! Un multimillionnaire qui ne fréquente que ses semblables et ne se cache pas pour mépriser le reste.

Ces deux types couvrent à eux deux tout ce que représente cet entreprenariat boursier qui se fout royalement des institutions, de la morale et du peuple. Entre magouilles et guerres d’egos on cumule les milliards en toute légalité et on influence, achète, corrompt jusqu’aux plus hautes sphères de l’État. Il ne faut pas se faire d’illusions, je prends ces deux gamins attardés en exemple mais c’est bel et bien ce genre de type qui se cachent derrière le MEDEF, les lois travail et Macron tout comme ce sont eux qui ont travesti l’Union Européenne pour en faire une machine à fric prostitué des États-Unis. Les ficelles de la finance sont toujours tirées par les plus grandes fortunes, bien plus que par n’importe quel politique il faut bien le comprendre. Ils ne sont pas contenus à l’intérieur de frontières, les pays endettés se livrent à une concurrence impitoyable et la fiscalité Française est un moyen de pression redoutable et un avantage certains que les multinationales ont sur l’État.

D’un côté il y a l’argent et la liberté de mouvement, de l’autre il y a la dette et les institutions couplées aux différents traités qui bloquent toutes idées de réformes. Tandis que les frères ennemis se chamaillent à coups de propositions de rachats, les Français voient l’ensemble de leurs libertés diminuer et leur pouvoir d’achat fondre comme neige au soleil. Ce qu’il faut bien comprendre également c’est que contrairement aux légendes Soraliennes qui voudraient que tout ce petit monde soit copain, là-haut c’est la guerre. Hugo Chávez disait : « le libéralisme et l’amitié ne sont pas compatibles. » Le capitalisme à ce niveau est un monde de requins qui ne pensent qu’au pognon ! S’ils étaient foutus de s’entendre il n’y aurait pas de problème de croissance et la vie du citoyen lambda s’en trouverait de facto améliorée. Mais non, la nature de ce monde toujours aussi obscure continue de défier les lois de la raison et ils continuent d’amasser encore et toujours plus. Des chiffres, toujours des chiffres, peu importe les guerres, le sang, les forêts décimées. La toute-puissance et le pouvoir sont les drogues les plus grisantes qui soient.

Ces gens sont accros à l’argent et cela impact forcément leur humanité profonde. Quand tu as le pouvoir d’un Dieu, que ton argent t’ouvre toutes les portes. Quand tu peux acheter les juges et inviter un président fraîchement élu sur ton yacht, tu te sens intouchable et tu te mets à agir comme tel. Je pourrais en citer d’autres complètement déconnectés de la réalité comme mamie shampoing et bien sûr notre champion Belge : Bernard Arnault. Vous allez dire que je suis jaloux mais je ne les sens pas si heureux que ça moi ces gars-là.

La finance détruit tout sur son passage mais il ne faut jamais oublier que derrière ce carnage il y a bien des hommes et que ces hommes ont un nom. Il ne s’agit pas de les juger mais d’observer leur comportement pour mieux comprendre les causes de certaines choses. Cette course diabolique à l’argent n’est rien de plus rien de moins qu’une guerre d’egos où les acteurs finissent littéralement par déconnecter de la réalité ne vivant plus que pour quelques zéros de plus. Non nous n’allons pas supprimer l’argent, oui il faut des économistes et des grands patrons mais nous devons mettre un coup de pied dans cette fourmilière et obliger les gouvernements à réguler tout cela pour une redistribution plus juste. Ce n’est pas être gauchiste que de dire cela, c’est être normal et raisonnable.

La raison est bien ce qui manque le plus à la finance. Je ne sens plus once d’humanité dans ce système où même les robots viennent désormais optimiser encore plus les rentes. Le déséquilibre financier qu’autorise la mondialisation sauvage est la cause de pratiquement tous les problèmes géopolitiques et environnementaux actuels. S’il est nécessaire de pointer du doigt le système dans son ensemble il ne faut pas oublier de cibler également ceux qui font vivre ce système.

« La diversité de chacun fait la richesse de tous. » Julos Beaucarne

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents