Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chroniqueshumaines

chroniqueshumaines

Journal d'un mammifère en colère!


J’ai parlé à une étoile

Publié par ChroniquesHumaines sur 28 Mai 2017, 09:00am

J’étais simplement allongé sur le dos, les yeux plongés dans ce noir sans fin tacheté de ces milliers de points de lumière qui chaque nuit reviennent étinceler ce tapis de ténèbres lorsque vient l’heure de tourner le dos au soleil. Les pensées venaient librement dans un désordre qui n’avait rien du raisonnement profond. Laisser aller simplement, ne plus chercher à être maître de sa conscience. Tel est le vrai repos.

 

Je fixais une étoile plus particulièrement que les autres. Pourquoi elle ? Je ne connaissais pas son nom et encore moins sa position. Était-ce seulement une étoile ? D’ici, les autres galaxies paraissent si minuscules. Gigantesque balai de géantes bleu et rouge, de nuages où naissent les étoiles et leurs systèmes, de trous noirs voraces et autres jets de matière ; des galaxies à n’en plus finir et moi, plus minuscule à cette échelle qu’une goutte d’eau dans l’océan. Puis-je avoir une réelle importance dans ce système ?

 

De quoi me tourmenter mais je n’étais pas ici pour cela, malgré tout je ne pouvais m’empêcher de me demander : quelle importance est-ce que j’accorde à mes cellules ? Pour ainsi dire : je n’en ai que faire ! L’univers ne sait même pas que j’existe…

 

_Tu te trompes.

 

Qui a dit ça ? Je me redressais et regardais autour de moi. Personne. Et puis j’y pensais : je n’avais pas parlé. Je fatigue on dirait. Je ferais mieux de rentrer.

 

_Attends, reste un peu.

_Mais qui est là ? Demandais-je un peu agacé de ne pas savoir à qui je m’adressais.

_C’est moi, au-dessus de toi, regarde.

 

Perplexe, je lève les yeux et :

 

_C’est moi, regarde.

_Tu es l’étoile, c’est toi qui me parles ?

_Oui, tu sais je suis ici toutes les nuits et tu ne m’avais jamais fixé comme ce soir.

 

Je n’osais pas lui dire que c’était le hasard, toutes les étoiles se ressemblent ! Mais que m’arrive-t-il ? Je parle à une étoile. Je ferais mieux de rentrer.

 

_Attends où vas-tu ? Reste un peu, parle avec moi.

_Comment t’appelles-tu ?

_Cela dépend, quel est le nom que vous me donnez ?

_Je t’avoue que je n’en sais rien.

_Ce n’est pas grave, je ne suis qu’une étoile parmi tant d’autres.

_Je ne suis qu’un homme parmi tant d’autres.

 

Je décidais de me rasseoir sans trop savoir ni même réaliser ce qui était en train de se passer.

 

_Vous ne vous parlez pas entre vous ? Lui demandais-je.

_Nous n’échangeons pas ainsi, la lumière est notre langage.

_Mais pourtant tu parles bien avec moi ?

_Le langage ce sont des vibrations, tu ressens les miennes et moi les tiennes il faut croire.

_Il faut surtout y croire.

_N’as-tu pas l’impression de discuter avec moi ?

_Si mais lorsque nous rêvons, nous avons aussi l’impression du réel.

_Peut-être parce que ça l’est.

_Peut-être mais si je me blesse dans mon rêve, je suis guéris à mon réveil !

_Certes mais si tu te souviens de notre conversation, alors ce souvenir se joindra aux autres, qu’est-ce que cela a d’irréel ?

 

Je regardais cette immensité et me questionnant sur la nature du réel : une pensée, un souffle…un rêve. Immensité de matière ou monde imaginaire, nous n’avons qu’une seule conscience.

 

« Le réel est un mystère, avoir conscience de ce mystère c’est appréhender un peu ce réel. » C.H.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents